Les RNL 2015

Dossier de presse RNL 2015

Télécharger le dossier de presse


 

LES RENCONTRES NATIONALES DE LA LIBRAIRIE

« Libraire, un métier d’avenir ! »

Les rencontres nationales de la librairie 2015

Le nouveau siècle

LILLE – 21 ET 22 JUIN 2015

Pourquoi libraire est-il un métier d’avenir ?

  • Un modèle commercial qui marche grâce à :
    • La relation humaine, l’accueil du client en librairie, les conseils et recommandations du libraire,
    • Un nombre de libraires par client supérieur aux autres réseaux de vente,
    • La diversité offerte par la librairie : nouveautés et fonds en littérature française et étrangère, sciences humaines, beaux-livres, livres pratiques, jeunesse, BD …
    • Le rôle culturel et social dans la ville : le libraire a un lien quotidien auprès des écoles, des bibliothèques et des habitants par le biais d’animations ou autres événements.
    • Le rôle économique dans la ville : le libraire participe à l’économie locale en créant des emplois et par leur contribution fiscale auprès de la ville.
  • La place du livre physique reste largement prépondérante face au livre numérique. Les ventes de livres numériques représentent seulement 1,6 % du chiffre d’affaires global des ventes de livres.
  • Les libraires sont aussi des acteurs d’Internet : un millier de libraires sont présents sur Internet à travers un site propre (Mollat, Ombres blanches, Sauramps, Gibert Joseph, Dialogues, Procure…) ou sur une des plates-formes collectives des libraires (Leslibraires.fr, Placedeslibraires.fr, Lalibrairie.com, Librest.com…)
  • Une mobilisation générale autour de la librairie avec la mise en place du Plan Libraire en 2013 par le ministère de la Culture et de la Communication (cf. ci-dessous).
  • Une campagne de communication mise en place en décembre 2014 avec la création d’une identité visuelle commune, un message unique et un site internet dédié aux librairies indépendantes participe d’une volonté de dynamiser la profession. Cette campagne se poursuit durant l’été 2015 par le biais de publications dans les principaux magazines d’information.

Les chiffres-clés de la librairie indépendante

DP1

DP2

Bilan du Plan librairie mis en œuvre par le ministère de la Culture et de la Communication

Lors des deuxièmes Rencontres nationales de la librairie qui se sont tenues à Bordeaux en juin 2013, le ministère de la Culture et de la Communication annonçait le lancement d’un plan en faveur des librairies indépendantes.

Ce plan est aujourd’hui entré en vigueur et les Rencontres de Lille seront l’occasion d’en tirer un premier bilan. Ce plan s’articule en deux volets :

Renforcement de la loi sur le prix unique du livre afin d’assurer une concurrence équilibrée entre la vente sur Internet et la vente en librairie :

  • Mise en place d’un Médiateur du livre chargé de veiller au respect du prix unique du livre, de favoriser des conciliations entre acteurs professionnels, de transmettre, le cas échéant, les dossiers à la justice en cas d’échec de la conciliation et d’établir des préconisations à destination des pouvoirs publics et des professionnels.

Le Médiateur du livre, Laurence Engel, a déjà été saisi à plusieurs reprises, notamment sur deux dossiers de fond :

– La conformité au prix unique du livre de certaines offres d’abonnements illimités de livres numériques.
– L’affichage des prix et des rabais sur les « market places » des grands sites de vente en ligne.

  • Mise en place d’agents assermentés chargés de constater les infractions aux lois de 1981 et de 2011 sur le prix unique du livre physique et du livre numérique.
  • Frais de port : loi du 8 juillet 2014 « encadrant les conditions de la vente à distance des livres » :

– Pour les expéditions de livres à l’acheteur (et non le retrait en magasin) :
– Interdiction de tout rabais (suppression de la possibilité de rabais de 5%),
– Interdiction de la gratuité des frais de port.
– Interdiction de tout rabais (suppression de la possibilité de rabais de 5%),
– Interdiction de la gratuité des frais de port,
– La communication autour de cette loi a permis d’expliquer le véritable fonctionnement d’Amazon et de valoriser ainsi l’achat en librairie.

Dispositifs d’aides

  • Création d’un fonds d’avances de trésorerie aux librairies indépendantes (4 millions d’euros) géré par l’Institut de financement du cinéma et des industries culturelles (IFCIC).
    – En 2014, 35 librairies aidées dès la première année.
    – Effet de levier auprès des banques (0,8 M€ de compléments bancaires).
  • Création d’un fonds d’aide à la transmission des librairies indépendantes (5 millions d’euros) géré par l’Association pour le développement des librairies de création (ADELC). Ce fonds d’aide fonctionne depuis 2014.
  • Renforcement des aides « traditionnelles » de l’ADELC en faveur des librairies indépendantes grâce à des dotations exceptionnelles de maisons et groupes d’édition.
  • Renforcement des aides du Centre national du livre en faveur des librairies (aides à l’animation, aides à l’investissement – création, reprises, agrandissements, déménagement…).

Enfin, le retour du taux réduit de TVA à 5,5 % sur le livre physique a été effectué.

 

L’Observatoire de la Librairie, outil créé par le Syndicat de la librairie française.

Les objectifs

L’Observatoire de la librairie est un outil collectif développé par le Syndicat de la librairie française. Il est ouvert à l’ensemble des libraires, adhérents ou non du syndicat. À travers l’accès à des tableaux de bord, la plateforme de l’Observatoire de la Librairie permet aux libraires d’avoir une meilleure visibilité sur leur activité et de mieux la piloter en disposant d’indicateurs économiques sur leur librairie et en les comparant à l’ensemble du panel des libraires présents sur l’observatoire ou, sur autorisation, à des groupes plus restreints de librairies. Ces informations sont accessibles depuis un site web dédié.

L’Observatoire de la librairie fournit également une visibilité sur les performances globales de l’ensemble de la librairie indépendante.

Enfin, c’est un outil d’accompagnement permettant de déployer une ingénierie de formation en ciblant les besoins de la profession par la création de modules professionnalisants adaptés.

Les moyens mis en œuvre

La plateforme informatique de l’Observatoire de la Librairie est développée par une société externe (la société Tite Live), et est hébergée sur des serveurs dédiés en France. Elle fonctionne par la restitution de tableaux de bord homogènes, analysables par filtres, et est en mesure de fournir également des tableaux spécifiques à la demande.

Les librairies, via leurs prestataires informatiques, font remonter sur un serveur commun leurs données quotidiennes d’achats, de ventes, de retours et de stock : ces données sont traitées et restituées dans un outil développé grâce à la technologie QlikView.

L’Observatoire de la Librairie proposera à court terme un accès à un outil de suivi quotidien des ventes au titre. Chaque libraire sera en mesure de connaître sa performance titre à titre et de travailler au mieux son assortiment.

Les principaux tableaux de l’Observatoire sont :

  • Le suivi des Ventes (comptant et facturées),
  • Le suivi des Ventes et des Achats Retours (comptant et facturées),
  • Détail des Articles,
  • Calendrier des mouvements (suivi des chiffres (achats, ventes, retours) par période : jour, semaine, mois, année),
  • Concentration des ventes (tri des livres par quantité vendue),
  • Rotations,
  • Âge du stock,
  • Tableau de synthèse sous forme de graphiques

Dans chaque tableau, le libraire peut filtrer les informations par date, par secteur éditorial, famille ou rayon, par distributeur, diffuseur ou éditeur. Il visualise ses chiffres, en regard de ceux du ou des groupe(s) au(x)quel(s) il est rattaché ainsi que le cumul agrégé de toutes les librairies présentes dans l’Observatoire.

Ainsi, cet outil permet au libraire de mieux comprendre l’évolution d’un secteur ou d’un rayon en particulier, d’optimiser la préparation d’un rendez-vous avec un représentant ou de veiller à l’équilibre de ses ratios quotidiens.

Au sein du SLF, une personne est dédiée à l’Observatoire de la Librairie et en gère les aspects administratifs et techniques en lien avec Tite Live, mais surtout les aspects liés à l’accompagnement des libraires, de la simple formation à l’utilisation jusqu’à un accompagnement plus spécifique pour répondre à des besoins individuels.

Le calendrier et les prochaines étapes

Les premières phases de développement sont achevées depuis mars 2015 et quatre premiers tableaux sont accessibles. Trois tableaux supplémentaires seront accessibles au moment de l’ouverture de l’Observatoire de la Librairie au public, le dernier sera quant à lui mis en ligne durant l’été.

La phase de test en réel : l’usage quotidien de l’Observatoire en version bêta est opérationnel depuis janvier 2015 pour plus de 20 librairies : les retours positifs des libraires ont permis d’enrichir les besoins et les fonctionnalités. De nouveaux tableaux sont d’ores et déjà en cours de déploiement (stock, âge du stock, rotation …).

La commercialisation de la plateforme débutera aux Rencontres Nationales de la Librairie, les 21 et 22 juin.

Les tarifs d’adhésion seront dégressifs en fonction du chiffre d’affaires : de 6 000 € à 240 € par an avec un abattement de 50% pour les adhérents du SLF.

 

La campagne nationale de communication des librairies indépendantes

En décembre 2014, la première campagne de communication nationale des librairies indépendantes est lancée avec :

  • La création d’une identité visuelle commune : affiches et marque-pages…,
  • La mise en ligne d’un site internet dédié au réseau de librairies indépendantes : http://www.librairiesindependantes.com/
  • La réunion autour d’un même message, insistant sur l’expérience unique d’évasion offerte par chacune d’elle : « Entrez ici, vous êtes ailleurs ».
Librairies_Logo VERTICAL_JAUNE Communication2 Librairies_Logo VERTICAL_BLEU

 

 

Cette campagne, qui se déploie tout au long de l’année 2015, s’apprête aujourd’hui à connaître un nouvel élan.

Grâce au soutien des éditions Gallimard, les librairies indépendantes vont jouir d’une visibilité médiatique lors de la période estivale dans de grands médias nationaux, qui vont consacrer des espaces de publication à son message.

Parmi eux, Libération, Le Journal du Dimanche, Society, L’Obs, Le Point, Elle, Les Inrockuptibles, Clés, Lire…

Communication1

Le Syndicat de la Librairie Française

Le Syndicat de la Librairie Française regroupe plus de 600 librairies de toutes tailles, généralistes ou spécialisées, dont la vente de livres au détail constitue l’activité principale. Il est le syndicat représentatif des libraires. Le SLF représente et défend la spécificité du métier de libraire auprès de tous les acteurs de la chaîne du livre, des partenaires sociaux et des pouvoirs publics.

Le SLF défend au quotidien les intérêts des libraires et l’avenir de leur métier face aux nombreux défis auxquels la profession doit faire face aujourd’hui. Il assure la représentation collective de la librairie auprès des éditeurs-diffuseurs-distributeurs, des pouvoirs publics (ministères de la Culture, du Travail, de l’Économie, PME, Assemblée nationale, Sénat, collectivités locales…), ainsi que des instances paritaires (convention collective, formation, salaires…).

Son action s’appuie sur les valeurs d’indépendance et de promotion de la diversité culturelle ainsi que sur la valorisation du travail des libraires, conjuguant le service personnalisé au client, l’offre d’un assortiment varié de qualité et une animation sociale et culturelle liée à l’ancrage dans un territoire.

Le travail du syndicat est organisé autour de plusieurs commissions qui couvrent l’ensemble des enjeux qui concernent aujourd’hui les librairies : social, juridique, commercial, transport, formation, communication et numérique.

Le SLF fait connaître l’actualité de ses missions, les métiers en librairie et sa vision de la chaîne du livre à travers son site, syndicat-librairie.fr, et ses publications. Il organise tous les deux ans les Rencontres nationales de la librairie (Lyon en 2011, Bordeaux en 2013, Lille les 21 et 22 juin 2015).

  • En décembre 2014, le SLF lançait la première campagne nationale des libraires indépendants et créait une identité commune à la profession sous la forme d’un logo qui sera décliné sur les supports de communication puis en librairie afin d’identifier le réseau auprès du public.
  • En 2015, lors des Rencontres nationales de la librairie de Lille, il lancera l’Observatoire économique de la librairie, outil collectif destiné à doter les libraires d’indicateurs propres à leur librairie et comparables au reste de la profession. Ces indicateurs permettront aux libraires d’analyser et d’optimiser leur activité.